• Qu'est-ce que le schéma de sur-contrôle émotionnel?

    Qu'est-ce que le schéma de sur-contrôle émotionnel? Schéma de sur-contrôle émotionnel.

    Ces patients exercent un contrôle excessif sur leurs réactions spontanées (actions, sentiments, paroles), leur but étant d'éviter la perte du contrôle de leurs impulsions ou la désapprobation d'autrui. Les secteurs les plus concernés par ce sur-contrôle sont :

    - l'inhibition de la colère et de l'agressivité

    - le contrôle des impulsions positives (la joie, les sentiments affectifs, l'excitation sexuelles, l'amusement)

    - la difficulté à reconnaître ses propres faiblesses ou à exprimer facilement ses propres sentiments ou besoins

    - l'importance excessive accordée à la raison par rapport aux émotions.

    C'est patients sont souvent ennuyeux, stricts, distants, froids.

    Ces patients ont tendance à se contenir sur le plan émotionnel et à être excessivement inhibés lorsqu'il s'agit d'exprimer leur émotions ou d'en parler. Ils sont plutôt ternes sur le plan affectif, peu expressifs, et auto-contrôlés, peu spontanés. Ils retiennent toute expression de chaleur humaine et d'écoute attentive, et refrènent leurs impulsions agressives. Beaucoup de personnes ayant ce schéma privilégient le contrôle de soi plutôt que l'intimité dans les interactions humaines et craignent de perdre tout contrôle s'ils se laissaient aller à leurs émotions. En fin de compte, ils redoutent de se souscrire de honte ou d'entraîner une conséquence sérieuse qui les mènerait à une punition ou un abandon. Ils étendent souvent ce contrôle excessif à leur entourage, en essayent d'éviter que leurs proches n'expriment leurs émotions, qu'elles soient négatives ou positives, surtout si elles sont intenses.

    Les patients inhibent des émotions qu'il serait normal d'exprimer : ce sont les émotions naturelles du monde enfant spontané. Tous les enfants doivent apprendre à contrôler leurs émotions et leurs impulsions, afin de respecter les droits des autres. Mais les patients ayant ce schéma vont bien plus loin : ils ont tellement inhibé et sur contrôlé leur enfant spontané qu'ils ont oublié la spontanéité et le jeu. Les comportements de sur contrôle les plus fréquents sont : l'inhibition de la colère, inhibition des sentiments positifs tels que la joie, l'amour, l'affection et l'excitation sexuelle, l'attachement excessif aux routines et aux rituels, la difficulté à exprimer de la vulnérabilité ou à parler facilement de ses sentiments personnels, l'importance excessive donnée à la raison, au détriment des besoins affectifs.

    Les patients ayant ce schéma présentent fréquemment les critères diagnostiques du trouble de la personnalité obsessionnel compulsif. En plus de la contention émotionnelle, ils présentent un intérêt excessif pour le contrôle au détriment de l'intimité et du jeu, ils sont rigides et inflexibles. Les patients qui associent les schémas de sur-contrôle émotionnel et d'idéaux-exigeants sont plus spécialement concernés par le diagnostic de personnalité obsessionnelle-compulsive, car ils en remplissent tous les critères.

    L'origine la plus habituelle de ce schéma est l'humiliation provoquée par les parents ou par d'autres personnage d'autorité lorsque, enfants, ces patients montraient spontanément leur émotions. Ce schéma a souvent un côté culturel, dans la mesure où certaines cultures valorisent le contrôle de soi. Les patients ayant ce schéma ont un comportement de contrôle de soi, ils ne montrent pas de joie, ils sont sévères. De plus, comme leurs sentiments de colère s'accumulent, inexprimés, ils sont souvent désagréables et rancuniers.

     

    Les patients ayant ce schéma s'impliquent souvent avec des partenaires amoureux qui sont émotifs et impulsifs. L'explication pourrait être qu'une partie saine d'eux-mêmes cherche à faire émerger l'enfant spontané. Lorsque les gens inhibés épousent des gens émotifs, le couple évolue souvent, au fil du temps, vers une polarisation accentuée. Malheureusement, chaque partenaire en arrive à détester l'autre pour les qualités mêmes qu'il appréciait au départ : le partenaire émotif méprise la retenue de celui qui est inhibé, et le partenaire inhibé méprise l'intensité émotionnelle de l'autre. 

    « Qu'est-ce que le schéma de punition? Les relations toxiques »

  • Commentaires

    1
    lorenzovespista
    Mardi 24 Mai 2016 à 15:54

    article intéressant

    2
    Victor H.
    Mardi 4 Octobre 2016 à 01:32

    Bonjour, 

     

    que vaut-il faire pour rompre ce shéma ?

     

    Merci

      • Dimanche 13 Novembre 2016 à 14:54

        Bonjour Victor, 

        Je vous conseille d'identifier à chaque fois que ce schéma est présent dans votre vie, voir la place qu'il prend est le début, ensuite une fois la phase d'identification faite, posez-vous des questions, "pourquoi je contrôle mes émotions?" "depuis quand?" "cela me protège de qui? de quoi?". 

        Ensuite, petit à petit, commencez par montrer vos émotions aux personnes que vous souhaitez, que vous jugez digne de confiance, vous pouvez hiérarchiser vos difficultés émotionnels, pour les travailler, de plus petit au plus grand, ex j'ai peur de rire trop fort devant mes amis 10% vous commencez par vos peurs les plus petites et dès qu'une peur est acquise vous passez à la suivante.... 

        Mettez tout cela sur papier vous aurez plus facile à vous retrouver... 

        Et si vous n'y arrivez pas seul n'hésitez pas à consulter un thérapeute qui vous aidera dans vos démarches... 

        Je vous souhaite beaucoup de courage 

         

        Bien à vous 

         

        Graziella 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :