• Qu'est-ce que le schéma d'assujettissement?

    Schéma d'assujettissement.

    Le schéma d'assujettissement correspond à une soumission excessive au contrôle des autres, parce qu'on se sent forcé d'agir ainsi, en général pour éviter colère, représailles ou abandon. Il existe deux formes majeures :

    - l'assujettissement des besoins : suppression de ses propres désirs et préférences

    - l'assujettissement des émotions : suppression de ses propres réponses émotionnelles, particulièrement la colère.

    Selon ce schéma, les émotions et les besoins du sujet son perçues comme n'ayant aucune valeur ni aucune importance. Le schéma se manifeste souvent par une docilité excessive et par un empressement à faire plaisir, dans le patient présente une hypersensibilité aux situations dans lesquelles il ressent qu'il se « fait avoir ». Il existe presque toujours une colère refoulée, provoquant des symptômes tels qu'un comportement passif/agressif, des explosions de colère non contrôlées, des symptômes psychosomatiques ou un retrait affectif.

    Ces patients autorisent les autres à les dominer. Ils se soumettent au contrôle des autres parce qu'ils s'y sentent contraints par une menace de punition ou d'abandon. Comme je l'ai déjà indiqué il existe deux formes d'assujettissement, la première est l'assujettissement des besoins, dans laquelle les patients refoulent leurs propres désirs et suivent à la place les exigences des autres, la seconde est l'assujettissement des émotions, dans laquelle les patients refoulent leur émotions (principalement la colère) parce qu'ils ont peur que les autres ne se vengent contre eux. Ce schéma implique que les besoins et les émotions personnels du sujet n'ont pas de signification et son sans importance aux yeux des autres. Il aboutit la plupart du temps à une accumulation des sentiments de colère, qui se manifeste par des comportements dysfonctionnels tels que le comportement passif-agressif, des accès impulsif de colère, des symptômes psychosomatiques, du retrait affectif, des passages à l'acte, et des conduites d'abus de substances.

    Les patients ayant ce schéma présentent habituellement un style adaptatif de soumission au schéma, ils sont complaisants de façon excessive et hypersensibles aux situations dans lesquelles ils se sentent piégés. Ils se sentent malmenés, harcelés et impuissants. Ils se croient à la merci des personnages représentant l'autorité, ces personnages sont plus forts et plus puissants, il faut donc les respecter. Ce schéma implique un certain degré de crainte. Ce patients redoutent qu'il leur arrive quelque chose de mauvais, s'ils expriment leurs besoins et leurs sentiments. Quelqu'un d'important va se mettre en colère contre eux, les abandonner, les punir, les rejeter ou les critiquer. Ils refoulent leurs besoins et leurs sentiments, non pas parce qu'ils ressentent qu'ils devraient les refouler, mais parce qu'ils pensent qu'il faut le faire. Leur assujettissement n'est pas fondé sur une valeur internalisé, ni sur le désir d'aider les autres, il est en fait fondé sur la crainte d'une vengeance. Cette idée contraste avec celle des schémas d'abnégation, de sur-contrôle émotionnel et d'idéaux-exigeants qui représentent tous une valeur internalisée, selon laquelle il ne faut pas exprimer ses besoins ou ses sentiments personnels, les patients ayant ces schémas croient qu'il est mauvais ou erroné d'exprimer ses besoins et ses sentiments, si bien qu'ils se sentent honteux ou coupables s'ils le font. Les patients ayant ces trois schémas ne se sentent pas contrôlés par les autres. Ils ont un lieu interne de contrôle. Les patients ayant le schéma d'assujettissement ont, eux un lieu externe de contrôle. Ils croient qu'ils doivent se soumettre aux personnages représentant l'autorité – et cela même s'ils sont d'avis que c'est une mauvaise idée – ou sinon ils seront punis, d'une manière ou d'une autre.

     

    Ce schéma conduit souvent à un comportement d'évitement. Ces patients évitent les situations ou les autres pourraient les contrôler ou bien ou ils pourraient se trouver pris au piège. Certains patients évitent les relations amoureuses parce que ces relations leur donnent une impression de claustrophobie ou de piège. Ce schéma mène aussi à des comportements de compensation tels que la désobéissance et l'opposition. La rébellion est la forme la plus habituelle de la compensation pour l'assujettissement. 

    « Qu'est-ce que le schéma de Contrôle de soi/autodiscipline insuffisantes? Qu'est-ce que le schéma d'Abnégation? »

  • Commentaires

    1
    chantal
    Jeudi 18 Février 2016 à 12:55
    • bonjour, je me retrouve mais alors tout à fait dans ce thème d'assujettissement incroyable comme c'est précis et profond car on en souffre en silence bien sur on vit avec dans ses tripes merci beaucoup pour tout ces éclaircissement car on croit toujours qu'on n'est la seule a être comme ça qu'on n'est différent des autres et que personnes ne nous comprend je salue vraiment votre travail extraordinaire et je vous fait vraiment un bisous du coeurcool
      • Jeudi 18 Février 2016 à 22:50

        Un tout grand merci, pour votre soutien et votre partage. Merci du fond du cœur kiss <3 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :