• Qu'est-ce que le schéma d'Abnégation?

    Schéma d'abnégation :

    Les patients qui ont un schéma d'abnégation ont le souci de combler les besoins des autres au détriment de le leurs. Ils agissent ainsi dans le but d'épargner aux autres de la douleur, d'éviter de se sentir coupables d'égoïsme, d'augmenter leur estime de soi ou de maintenir un lien affectif avec une personne qu'ils perçoivent comme nécessiteuse. Ce schéma résulte souvent d'une hypersensibilité aux souffrances des autres. Le patient peut éprouver le sentiment que ses propres besoins ne sont jamais satisfaits et développer un ressentiment envers ceux dont il s'occupe. (ce schéma recouvre le concept de co-dépendance.)

    Ces patients, comme ceux ayant un schéma d'Assujettissement, présentent un intérêt excessif à satisfaire les besoins des autres au détriment des leurs. Mais à la différence de ceux ayant un schéma d'Assujettissement, leur abnégation est volontaire. Ils agissent ainsi pour éviter aux autres de souffrir, pour faire ce qu'ils croient être juste, pour éviter de se sentir coupables ou égoïstes, ou pour maintenir une relation avec des proches chez qui ils perçoivent des besoins. Le schéma d'Abnégation résulte souvent d'une capacité d'empathie élevée – un sens aigu de la souffrance des autres. Certaines personnes ressentent si intensément la souffrance psychique des autres qu'ils sont fortement motivés pour la soulager ou la prévenir. Ils ne veulent pas faire, ou laisser faire, des choses qui entraîneraient la souffrance d'autrui. L'Abnégation implique souvent un sentiment de responsabilité très fort vis-à-vis des autres.

    Ces patients souffrent habituellement de symptômes psychosomatiques tels que maux de tête, problèmes gastro-intestinaux, douleur chronique, fatigue chronique. Ces symptômes physiques constituent, pour ces sujets, un moyen inconscient d'attirer l'attention sur eux, dans formuler directement une demande. Ils se sentent autorisés à recevoir de l'attention ou à réduire l'attention qu'ils accordent aux autres que quand ils sont vraiment malade. Ces symptômes peuvent aussi être la conséquence directe du stress provoqué par un tel comportement de don de soi, chez quelqu'un qui reçoit très peu en retour.

    Les patients ayant ce schéma ont presque toujours aussi un schéma de Manque affectif. Ils satisfont les besoins des autres, mais leurs besoins personnels ne sont pas satisfaits. En apparence, ils semblent satisfait de cette abnégation, mais au fond d'eux-mêmes, ils ressentent un manque affectif intense. Ils ressente parfois de la colère à l'encontre des objets de leur abnégation. Habituellement, les patients ayant ce schéma donnent tellement aux autres qu'ils finissent par se faire souffrir.

    Ces patients pensent souvent qu'ils n'attendant rien des autres, mais dans une situation où l'autre ne leur rend pas la pareille, ils éprouvent du ressentiment. Bien que la colère ne soit pas inévitable dans ce schéma, les gens qui s'auto sacrifient de façon importante, et dont l'entourage n'agit pas de façon réciproque, éprouvent habituellement un certain ressentiment.

    Comme nous l'avons indiqué pour le schéma d'Assujettissement, il est important de distinguer l'abnégation de l'Assujettissement. Lorsque les patients ont le schéma d'Assujettissement, ils refoulent leurs besoins personnels par crainte de conséquence externes : ils ont peur que les autres ne se vengent sur eux ou ne les rejettent. Alors que dans le cadre du schéma d'Abnégation les patients refoulent leur besoin personnels à cause d'une exigence interne. Les patients assujettis ont d'impression d'être sous le contrôle des autres, dans le cadre de l'abnégation, ils ressentent qu'ils agissent selon une décision personnelle.

    Ces deux schémas différent également par leur origine : bien qu'ils se recoupent, ils ont des origines pratiquement opposées. Le schéma d'Assujettissement a pour cause un parent qui contrôle ou domine : dans le schéma d'Abnégation, le parent est habituellement faible, infantile, impuissant, malade, dépressif, ou bien i la des besoins importants. Le premier schéma se développe donc au contact d'une parent trop fort, alors que le second se forme au contact d'un parent trop faible ou malade. I lest également habituel pour l'enfant qui va développer un schéma d'Abnégation à l'âge adulte, d'assumer le rôle de l'enfant parentifié dès son jeune âge.

    Sur le plan comportemental, les patients ayant un schéma d'Abnégation écoutent les autres plutôt qu'ils ne parlent d'eux-mêmes, ils se souvient des autres et ils éprouvent de la difficulté à agir pour eux, ils concentrent leur attention sur les autres, et ils se sentent mal à la aise lorsque l'attention se porte sur eux, ils agissent de façon indirecte lorsqu'ils veulent quelque chose, au lieu de demander de manière directe.

    Ce schéma peut aussi présenter des avantages secondaires : il a un côté positif, et n'est pathologique que lorsqu'il est poussé à l'extrême. Les patients peuvent ressentir de la fierté à se considérer comme responsables des autres. Et avoir se rôle de sauveur. Leur comportement altruiste leur donne le sentiment d'être quelqu'un de bien, quelqu'un qui a des qualités morale. (en revanche, ils ressentent parfois que ce n'est jamais assez bien, et que quoi qu'ils fassent, ils se sentiront toujours coupable d'insuffisance). Autre source de bénéfice potentiel : il peut arriver que ce schéma attire les gens vers eux. Beaucoup de gens apprécient l'empathie et l'aide dont font preuve ces patients. Ceux-ci ont d'ailleurs beaucoup d'amis, bien que leurs besoins ne soient souvent pas comblés, dans ces relations amicales.

     

    Sur le plan des comportements de compensation, lorsque ces patients se sont auto sacrifiés durant suffisamment longtemps, certains d'entre eux en arrivent à basculer dans un comportement coléreux excessif. Ils deviennent furieux et cessent totalement de donner à l'autre. Lorsqu'ils ne se sentent pas appréciés, il leur arrive de se venger en délivrant à l'autre le message suivant : je ne te donnerais plus jamais rien. 

    « Qu'est-ce que le schéma d'assujettissement? Une philosophie du changement »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :