• Divorces et séparations

    Divorces et séparations

    ce ne sont pas vraiment les divorces qui traumatisent les enfants, mais la manière dont les parents divorcent. Même si le divorce est un échec de couple, il peut se passer en bonne entente et sans trop de casse, et dans ce cas, les enfants n'en souffrent pas tellement, même s'ils auraient préféré ne pas vivre cette séparation sur laquelle ils n'ont aucune prise. Si le climat reste sain et respectueux de chacun, ils s'adapteront sans trop de difficultés. Par contre, certains divorces sont de véritables catastrophes et les enfants en payent un lourd tribut, incapables de s'évader du champ de bataille. Ils constituent parfois le dernier élément grâce auquel un partenaire peut faire souffrir l'autre, notamment lors des bagarres pour le droit de garde et les pensions alimentaires.

    Une fois divorcés, ces parents aigris, amers, blessés ou furieux, incapables de communiquer, utilisent leurs enfants comme messagers et n'ont aucun recul sur les dégâts qu'ils causent. Engloutis par la douleur et la rage, obsédés par l'injustice et la frustration, ils utilisent leurs enfants comme punching-ball, déversoir pour leur haine et témoins de leur malheur. L'enfant est pénalisé, amoindri, instrumentalisé, utilisé, nié. Il sent qu'il pèse, qu'il est source de conflits, il sert de messager du malheur, sait la peine qu'il cause ou la colère que ses messages vont provoquer chez le parent à qui l'autre n'arrive plus à parler. Il souffre et s'enferme en lui-même, ou endosse, selon l'âge et les événements, le rôle de conseiller, infirmier ou gardien de la paix. Il minimise ou édulcore les messages pour protéger ses parents ou à l'inverse, exagère les griefs pour traduire ses propres tourments. Lorsque la communication est devenue impossible, il vaut mieux faire appel à l'autorité comme (avocat, médiateur etc) que de faire passer les messages par ses enfants ou que les enfants assistent aux disputent des parents. Mais abandonner l'idée d'une bonne entente avec l'ex conjoint fait aussi partie d'un deuil.

    Les parents qui choisissent de rester ensemble pour les enfants alors que leur couple se dégrade font le choix du sacrifice de leur propre épanouissement en pensant préserver le bonheur de leurs enfants. Sans le dire et sans même le penser, leur message est : « si vous n'étiez pas là, je divorcerais et je serais plus heureux » Les enfants ont bon dos ! Ce choix est basé sur l'idée que ce dont les enfants ont besoin, c'est la présence constante des deux parents sous le même toit. Or, ce qui est essentiel pour un enfant, c'est de voir ses parents heureux ! Même s'ils sont seuls et même si ce bonheur doit se partager entre deux lieux différents. Les enfants qui perçoivent que leurs parents restent ensemble mais malheureux pour eux, portent indirectement le poids de ce renoncement et la culpabilité qui y est liée. Ils vivent dans un climat tendu, lourd de non-dits, de tensions ou de disputes, que leurs parents s'infligent pour le bonheur de leur progéniture… Dur à vivre

    « Qu'est-ce que le schéma de fusionnement? Quelles sont les étapes du deuil? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :